jeudi 5 février 2009

Portrait robot du e-commerçant

Oxatis vient de publier les résultats d'une enquête sur le profil des e-commerçants réalisé auprès de 2 500 sites marchand. L'étude complète est disponible ici.

Les résultats de cette étude bouscule un certain nombre d'idée reçues sur le commerce électronique. Si on voulait résumer cette étude et dresser le portrait robot du e-commerçant, on pourra dire que celui ci :
  • est plutôt un quadra : 51 % entre 35 et 49 ans
  • habite plutôt en zone rurale : 53 % habitent dans des agglomérations de moins de 10 000 habitants
  • est plutôt diplômé : 44 % sont bac+3 ou plus
  • travaille plutôt en solo : à 56 %
  • a monté son activité pour être plus libre (horaires, travail à domicile)
  • et n'est ni un pure player (70 % ont aussi une boutique physique) ni un geek
Ce portrait est clairement différent de l'image que l'on a habituellement du commerçant en ligne jeuneparisienpureplayerpreparantsasecondelevéeedefond !

La donnée pour moi la plus significative est la proportion relativement réduite de pure player (30%). La grande majorité des 48 500 boutiques en ligne françaises constitue donc pour leurs éditeurs une activité d'appoint. Ce fort pourcentage explique que 31% des boutiques font moins de 10 commandes par mois et 47,6 % entre 10 et 100 commandes par mois (sources Fevad).

Vous vous reconnaissez dans ce portrait robot ?

3 commentaires:

frédo a dit…

oui, j'ai déjà émis quelques doutes sur le caractère significatif de l'échantillon. La vraie question est de savoir si les clients d'Oxatis sont représentatifs des e-commerçants.
j'en doute, compte tenu de l'offre proposée par cette société.
C'est un peu comme si on faisait la même étude avec les utilisateurs d'Os Commerce (ou autre logiciel open source) et qu'on affichait cela comme une vérité.

Fred a dit…

On peut effectivement avoir des doutes sur la généralisation de cette enquête à l'ensemble des e-commerçants.

Cependant, dans la mesure où pratiquement 80% des boutiques en ligne ont un volume d'affaire réduit (moins de 100 commandes par mois) et sont donc des clients naturels de solutions type Oxatis, leur enquête reflète sans doute une certain réalité.

Le e-commerce en France, ce n'est pas uniquement voyage-sncf, rueducommerce, priceminister et autre, mais une majorité d'acteurs de petite taille.

frédo a dit…

oui, une certaine réalité, mais pas une réalité certaine....
et bien entendu(heureusement d'ailleurs), que le ecommerce français ne se réduit pas aux locomotives.