lundi 18 octobre 2010

E-commerce, taille critique et rentabilité

Une idée couramment admise est qu'une société doit arriver à une certaine taille pour assurer sa pérennité voire sa survie. Cette idée issue de l'économie réelle est également largement reprise dans la Net économie.

On a pourtant vu ces dernières années de très grosses entreprises s'effondrer en quelques semaines dans tous les secteurs d'activité. La taille à elle seule ne protège donc pas une société, il faut avant tout qu'elle soit rentable. Penser qu'une entreprise de petite taille non rentable le deviendra en grossissant de manière importante est un pari risqué.

C'est sans doute encore plus vrai dans le e-commerce où les coûts fixes sont relativement réduits et où les coûts variables (logistique, coût d'acquisition client, etc.) constitue une grande partie des dépenses. Grossir ne reviendra qu'à faire croitre les coûts variables en même temps que le CA sans impact positif sur la rentabilité. Dans le pire des cas on pourra même être tenté pour développer son CA et gagner des parts de marché de laisser filer le coût d'acquisition client avec un effet désastreux sur la rentabilité.

Chercher se développer avant d'avoir réussi à trouver un modèle économique rentable à petite échelle est sans doute prendre les chose à l'envers.

Qu'en pensez vous ?

jeudi 14 octobre 2010

Les moyens de paiement en ligne

Il y a une dizaine d'années, lorsque l'on voulait proposer du paiement en ligne sur sa boutique (également en ligne) c'était relativement simple : on ouvrait un compte et on signait un contrat VAD dans une banque qui vous proposait sa solution de paiement en ligne ; solution propriétaire ou SIPS d'Atos.

Aujourd'hui le paysage du paiement en ligne est beaucoup plus large. Les banques sont toujours bien présentes mais de nouveaux acteurs les ont rejoint. Le plus ancien est certainement Paypal qui après avoir été presque destiné uniquement aux échanges sur Ebay c'est développé sur des boutiques en ligne. Plus récemment des opérateurs comme Ogone, Moneybookers, Receive & Pay ou Cards Off ont vue le jour.

Cette tendance va très certainement s'amplifier dans les années à venir notamment en raison de la transposition dans le droit français d'une directive européenne qui simplifie la création d'acteurs dans le domaine du paiement en ligne. Cette directive encadre notamment les établissement de paiement et les établissement de monnaie électronique qui devront être agréés par la Banque de France. Actuellement une bonne vingtaine de nouveaux acteurs sont en cours d'agrément.

Même si les moyens de paiement se diversifient la carte bancaire représente encore 96 % des transaction réalisées en France. Il ne faut pas pour autant faire écarter les moyens de paiement alternatifs. En étudiant le top 10 des sites E-commerce, ont s'aperçoit que ce sont eux qui propose le plus de moyens de paiement différents et plus on descend dans le classement moins les boutiques proposent de moyens de paiement. Il semble donc préférable de "ratisser large" et de proposer suffisamment de moyens de paiement pour couvrir les attentes de vos clients.

La carte bancaire est certes le moyen de paiement majoritaire en France, mais elle ne représente que 5 % des transactions au niveau mondial. Dans le cadre d'un déploiement européen ou international, il faudra veiller à proposer à ses clients les moyens de paiement locaux utilisé dans chaque pays. Ainsi en Allemagne l'ELV est le moyen le plus utilisé.

Lors de la création d'une boutique en ligne et même tout au long de sa vie, il conviendra d'apporter une attention particulière aux moyens de paiement proposés en fonction de la nature de la boutique, de sa cible et de sa couverture géographique. Ainsi, pour ne prendre que 2 exemple, une boutique avec un panier moyen élevé aura sans doute intérêt à proposer un paiement en plusieurs fois, pour un site de cadeau il pourra être intéressant d'établir un partenariat avec Leetchi.com (cagnotte en ligne).

Un élément indissociable du moyen de paiement en ligne est la fraude qu'il est susceptible de générer. La carte bancaire est le moyen le plus attaqué : 50 % des fraudes au niveau mondial attaque ce moyen de paiement. Des solutions permettent de limiter les effets des fraudes en analysant les paramètres de la commande (montant, adresse de livraison, adresse IP, etc.) coupler à une base de donnée d'incident ou en authentifiant le porteur de la carte, c'est le protocole 3D Secure. La mise en œuvre de ce protocole c'est cependant révélée catastrophique pour les e-commerçants.

Les information présentées dans ce billet sont en partie tirée du Café du E-Commerce du 14 octobre consacré aux moyens de paiement en ligne.

mercredi 13 octobre 2010

Interviewé sur Wizishop

Ouvert en juillet 2007, le blog Wizishop est rapidement devenu une référence parmi les blogs E-commerce. J'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises une partie de l'équipe et j'ai pu apprécier leur approche et la qualité de leur solution E-commerce. Et en plus comme ce sont vraiment des gars sympa, ils m'ont proposé une interview que je me suis empressé d'accepter ;).

L'interview est visible ici : Le Blog de Frédéric Mirebeau

iAdvize : un chat et bien plus

On ne le dira jamais assez, la confiance est capitale dans le e-commerce. L'internaute aura naturellement plus confiance une boutique qui affiche clairement une adresse, un numéro de téléphone ou mieux la possibilité d'entrer en contact par chat avec l'équipe du site.

C'est sur ce créneau que travaille iAdvize qui propose un chat réellement orienté e-commerce. En plus du dialogue en direct, iAdvize permet également de visualiser le parcours de l'internaute mais aussi de faire du co browsing, c'est à dire de prendre la main sur la navigation du visiteur. Ces 2 fonctionnalités permette un dialogue beaucoup plus efficace qu'un échange téléphonique ou qu'un mail pour dépanner un clients où l'orienter dans ces choix.

Le chat proprement dit offre la possibilité pendant un échange de pousser des liens vers le visiteur ou des offres qui apparaitront sur le côté de la fenêtre de dialogue. A l'issue du dialogue, le visiteur a la possibilité de noter son échange avec l'équipe du site.

Cette solution est proposée en mode SAaS à partir de 19,90 € HT par mois. L'installation sur une boutique en ligne se fait en quelques minutes.

Cet outil à décidément tout pour lui !